Un forum sur l’entraide abordant les points techniques tels que les « builds » ainsi que le Lore sur les univers de Bloodborne et de Dark Souls 3
 
CalendrierAccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au service de la Voie Immaculée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: Au service de la Voie Immaculée   Lun 29 Mai - 21:06

Je vois pas de quoi tu parles hap

_________________
Elit Knight > all
Je peux me vanter d'avoir eu un avatar avant l'admin et créateur de ce forum lui-même : elsydeons. Ainsi qu'une signature, une présentation etc...
Eh ouais, jsuis un ancien 8)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUNBRO
 
 
avatar


MessageSujet: Re: Au service de la Voie Immaculée   Lun 29 Mai - 21:15

Je parle de cette petite perle qu'est Démon's Souls hap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: Au service de la Voie Immaculée   Ven 2 Juin - 19:14

Chapitre X : Remise en route.
=====================================
Plus j'y réfléchissais, et plus ma quête semblait perdue : ma masse s'usait, mon stock de poudre de réparation s'épuisait, et ma volonté, quoique d'acier, flanchait. J'avais beau retourner la situation dans tous les sens, je ne voyais pas d'issue. Après m'être fait dignement remettre à ma place par les squelettes, j'étais de retour au deuxième feu de camp, plus démoralisé que jamais. Cette sensation d'être seul avec le poids du monde sur ses épaules me rongeait, et chaque jour, chaque heure, je perdais en volonté. À chaque mort, je devenais un peu plus Carcasse.
Mais il me restait encore la pensée, et, plus j'y pensais, plus l'essence même de ma quête me paraissait stupide : j'oeuvrais pour l’Église, dont le but était d'éradiquer les Carcasses. Mais, à quoi sert le Rite de l'Embrasement ? À embraser les feux de camps. Or, c'est l'entretient désespéré de la Première Flamme qui donna naissance à la Malédiction. Alors à quoi bon? Je me sentais inutile, trahi. Je voulais rester ici, au bord de ce feu, dans cette grotte, au chaud, à l'abri.
À l'abri de tout. De la Vérité. De la guerre, de la famine, de ma responsabilité, de la Malédiction. À l'abri des Dieux, des Humains, du Feu et des Ténèbres. Du Chaos et des Abysses. Je sentais la folie me ronger, mais j'acceptais ce triste sort. Ne l'avais-je pas mérité ? N'étais-je pas au courant des risques?
Puis, soudain, une image me traversa. Ou plutôt... Une série d'images subliminales : ma famille, d'abord, puis mes frères d'armes de l'école. Oscar d'Astora, mort en me sauvant, et le Chevalier Solaire. Tous ces gens. Et l'escorte. Et Rhéa. Ils ont besoin de moi. Je m'emplis alors d'une volonté inouïe, en m'appuyant sur mes genoux pour me lever. Puis, une idée failli me faire retomber : besoin de moi? Qu'étais-je, dans tout cela ? Un misérable pion ! L'espace d'un instant, je fus en proie à une guerre interne violente, aider, abandonner, combattre, fuir, se lever... dormir.
Mais, la bénédiction, à moins que ce ne soit une malédiction, me donna le peu de courage nécessaire à finir de me lever. J'entreprenais donc de me remettre sur mes pieds, et ce ne fut pas mince affaire. Je ne sais encore combien de temps j'étais resté là à me morfondre sur mon sort. Toujours était-il que des toiles d'araignées s'étaient formées entre les articulations de mon armure. Quelle honte!
Alors, la masse bloquée qu'étais mon corps se mit en branle. Lentement, je me mouvais, m'appuyant sur une main, faisant contre-poids de l'autre. La poussière accumulée tombait de mon armure. Les araignées et autres bestioles fuyaient en tous sens. Beaucoup, trop ébahie de voir un rocher bouger, se précipitaient dans les flammes du feu. De la sueur coulait sur mon front, alors que, tremblotant, j'atteignais la position accroupie. Le souffle court, je contemplai alors ma masse posée à côté de mon bouclier. Je tendis lourdement le bras et m'emparai péniblement de la masse, afin de me lever en m'en servant de canne. Rassemblant mes forces, je poussai en serrant les dents et sentis mon corps se hisser. Puis mes genoux se bloquèrent : j'avais réussi.
Je me dressai donc, là, sentant revenir en moi chacune de mes compétences, chacun de mes réflexes, et tout cet enchevêtrement de données qui constituaient le combattant, et l'humain que j'étais. C'était comme si un fluide constitué de lumière chaleureuse et vive parcourait chaque centimètre de mon corps, chaque recoin, chaque crevasse, et guérissait les abscès de la malédiction. Le réveil de tout cela dura environ cinq minutes, qui furent les plus agréables depuis un bon moment. Mon corps s'emplissait... de vie. Mes veines reprenaient leur circulation, mes muscles s'affairaient, tout ce beau monde qui me constituait s'éveillait, et, soudainement, tout s'articula, tout s'emboîta. Et ce fut comme une deuxième naissance, je redevenais maître de mon corps, après ce qui semblait être un long coma.
Lorsque le processus se termina, je repris pleinement conscience de ma puissance, et, plus sûr de moi que jamais, je posai le pied sur la première marche de l'escalier menant à la sortie. J'étais de retour.
*
Les squelettes, bien que relativement primitifs en termes d'émotions, furent plus qu'effrayés devant ce clerc-chevalier qui venait de sortir de l'ombre et qui avançait vers eux d'un pas décidé, l'arme à la main, avec une détermination débordant de la visière de son casque.
*
Le Nécromancien observait la scène de loin : ce clerc qui venait de marcher droit sur les squelettes avait stoppé son mouvement, et s'était calmement immobilisé, jaugeant ses adversaires. Puis, il pris son arme à deux mains et fonça droit sur eux, sans l'ombre d'une peur.
Un problème de plus pour les Catacombes.
====================================

_________________
Elit Knight > all
Je peux me vanter d'avoir eu un avatar avant l'admin et créateur de ce forum lui-même : elsydeons. Ainsi qu'une signature, une présentation etc...
Eh ouais, jsuis un ancien 8)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: Au service de la Voie Immaculée   Ven 2 Juin - 19:16

Dernier réupload, à partir de maintenant c'est de nouveaux chapitres Happy
D'ailleurs, pour le nouveau, j'ai voulu un peu innover, donc j'ai insister sur les combats, j'essaye de décrire les affrontement de manière vivante, d'ailleurs passage à la 3e personne, trop limité la première

Et je suis en train de lire un livre de chevalerie pour voir comment gérer les combats à l'écrit

Le chapitre 11 est assez important, j'attends vos retours

_________________
Elit Knight > all
Je peux me vanter d'avoir eu un avatar avant l'admin et créateur de ce forum lui-même : elsydeons. Ainsi qu'une signature, une présentation etc...
Eh ouais, jsuis un ancien 8)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: Au service de la Voie Immaculée   Ven 2 Juin - 19:17

Chapitre XI : Le feu de la rage




« La rage, est le feu le plus intense qui peut brûler en l'Homme. Elle prend le contrôle d'un homme bien plus facilement que le plus habile des hypnotiseur ou que la plus charmante des femmes. Et rien ne peut l'arrêter. »


*


Ius marchait à présent d'un pas plus que décidé. Cette façon de marcher qui donne l'impression de conquérir le monde à chaque pas. Cette façon de marcher, qui signifiait que la rage brûlait. Et les squelettes en avaient fait les frais.
Trois combattants avaient tenté de résister. Les annihiler n'avait été qu'une formalité. Et, toujours empli de rage, le clerc avait défoncé un mur peu solide, pour découvrir une salle en contrebas, avec des archers sur des corniches. Là encore, sa détermination avait fait mouche. Sa rage de vaincre, avait vaincu.
Mais, maintenant qu'il marchait avec confiance, droit sur un squelette géant de trois mètre tombé du plafond et se tenant à présent au milieu d'un couloir noir comme les abysses, sa fureur allait devoir travailler de paire avec son entraînement au combat.
Voyant le squelette géant , ainsi qu'une poignée de squelettes de taille humaine qui franchirent les Ténèbres, Sire Ius senti un sourire se pointer sur ses lèvres. Non pas un sourire de ces bienheureux de Catarina, non. Un sourire sadique, rempli de rage, de haine et confiance. Un sourire, qui renfermait un feu aussi ardent que la Première flamme.
Alors qu'il marchait toujours vers le groupe de guerriers, ses dents apparurent dans son sourire, petit à petit. Ce qui lui donna un côté encore plus effrayant. Finalement, ses dent s'affichèrent clairement entre ses lèvres, et le clerc s'arrêta, désormais à quelques mètres seulement du groupe. Il leva la tête vers ses adversaires, les défiant du regard, puis, leva son bouclier.


Au moment où ils comprirent ce qu'il s'apprêtait à faire, les squelettes réagirent, et fondirent sur l'effroyable clerc. Ils se rendirent compte, lorsque leurs armes rebondirent sur le sol, et qu'une masse fracassa l'un d'eux, que l'ennemi était derrière eux. Se retournant, ils l'entendirent rouler sous eux. Encore un s'effondra. Ils n'étaient désormais plus que trois, ainsi que le squelette géant. Les soldats d'os, dépourvus de raison, se mirent à taper tout autour d'eux, se touchant entre eux, tentant de toucher la tornade qui les avait pris pour cible.
Pourtant, aussi vite repartie, la-dite tornade les observait désormais à quelques mètres seulement, dans l'obscurité. Les regardant s'auto-détruire. Puis, au bout de quelques secondes, ils localisèrent l'assaillant. Au même moment, les deux soldats squelettes gisant en morceaux sur le sol se réassemblèrent, et se relevèrent. Ils chargèrent tous ensemble l'ennemi de l'ombre, qui s'élança de même vers eux.
Parant un coup à gauche, en esquivant un à droite, abattant sa masse sur le crâne d'un sac d'os avant de rouler en arrière, d'esquiver et de contre-attaquer, Sire Ius se mouvait avec agilité au milieu des défenseurs des catacombes. Partout et nulle-part à la fois, il semait la confusion, frappait, brisait, fracturait les os.
À chaque roulade, il sentait les graviers se coincer entre son corps et ses vêtements, à chaque parade, il sentait la vibration jusque dans son crâne, à chaque coup porté, il sentait la vie passer par sa masse avant de quitter son possesseur. Toutes ces sensations, agréables ou non, faisaient partie de l’enivrante sensation du combat. Chacune de ces sensations le poussait à continuer, à esquiver, à parer, à rouler, à frapper. Il ne faisait plus qu'un avec son bouclier et sa masse, fonctionnant à l'instinct fait de toute pièce à l'école cléricale, renforcé par la rage de vaincre.


Un feu brûlait en lui, et il avait la sensation qu'aucun combat ne pourrait satisfaire ce feu.


Pourtant, il fallait continuer !
Rouler, esquiver, attaquer. Le bris des os contre l'acier. Le choc des corps contre le sol. Le bruit des lames contre les pierres. Il continuait. Plus il combattait, plus il s'enrageait, et plus il intensifiait ses attaques.
Soudain, un flash de son passé le parcourut. Il y vit sa famille. Ses enfants. Sa femme. Sa mère. Et surtout, son père. Ce guerrier aguerri qu'il avait toujours admiré. Son père lui parla, mais il était inintelligible, pourtant, Sire Ius voulait savoir ce qu'il disait. Ses lèvres... elle bougeaient... mais que disaient-elles ? Ton... bou... ton bouclier ! Parvint-il à lire. C'est ce que lui disait toujours son père, lors de leurs séances d'entraînement. Mais pourquoi lui disait-il cela maintenant ? Sceptique, il leva son bouclier au moment ou une lame transperçait son bras droit. Une douleur lointaine mais aigüe le parcourut, et la vision disparut. Elle avait duré une seconde tout au plus, durant laquelle deux squelettes l'avaient frappé. Sa blessure au bras fut en effet aussitôt suivie d'un choc violent contre le bouclier qu'il venait de lever. C'était moins une, toutefois c'en restait trop. Beaucoup trop.

Un long hurlement de rage. Un hurlement guerrier, s'ajouta alors aux bruits de l'affrontement. Le clerc redoubla de rage et d'efficacité. Se faufilant là entre deux ennemis, fracassant la tête de l'un et ravageant la cage thoracique de l'autre, il avait pris sa masse à deux mains. Tournoyant au milieu des squelettes désorientés, il brisa les rotules du squelette de trois mètres, qui s'écroula sur les deux squelettes restants et enfonça également un mur dans sa chute. Un fracas assourdissant résonna dans les entrailles des catacombes – un mélange d'os brisés, de pierres cassées et de mortier effrité.


Jetant un regard à l'enchevêtrement de tibias, clavicules et autres fémurs, Sire Ius s'avança au bout du couloir, où se trouvait un tombeau entrouvert. Il y plongea le bras, et en ressortit un anneau.


Puis, il pivota sur lui-même et s'engouffra dans la brèche du mur.

_________________
Elit Knight > all
Je peux me vanter d'avoir eu un avatar avant l'admin et créateur de ce forum lui-même : elsydeons. Ainsi qu'une signature, une présentation etc...
Eh ouais, jsuis un ancien 8)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au service de la Voie Immaculée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au service de la Voie Immaculée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ! Service de Peinture !
» Simple API Utility & Weather Service
» PS3: Nouveau service VIDZONE
» [IG] VI. Niv3 voie de l’armée
» [Marketing] Cali Flash Service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le sanctuaire ::  :: -
Sauter vers: