Un forum sur l’entraide abordant les points techniques tels que les « builds » ainsi que le Lore sur les univers des Souls et de Bloodborne.
 
CalendrierFAQGroupesAccueilPortailRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:36

Je reboot ma fic 
Je la recommence depuis le début parce que le niveau d'écriture était vraiment pitoyable, tandis qu'ici il sera juste minable 
Jsuis conscient que 99% du forum s'en bat toujours les couilles 
Mais je kiffe écrire, même si c'est dla merde, et puis j'ai eu 19/20 à l'invention au bac de français donc calmez-vous 
Je vais aussi glisser quelques dédis cachées
Je stop ici les Risitas et je me mets à écrire 
"Olol mé pourkoi ta fé ton topik avan dékrir le premié chat-pitre sal con" Parce que je sais que comme ça y'aura une hype énormissime 
"Sa serre a quoi de lire sa si on a déja lu la premiaire version" Le scénar sera un peu remanié, et y'aura des dédis, c'est cool. 
"C koi listoire" ça se passe dans le contexte et dans les zones de jeu de Dks 1, mais ça ne suit pas la quête principale. PNJ du jeu présents, mais j'en rajouterai d'autres. La fic prendra des libertés par rapport à certains dialogues, car le personnage parlera et pourra donc poser des questions.
C'est l'histoire d'un clerc de Thorolund, qui veut faire la quête Sacrée
En espérant ne pas trop bider quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:36

Chapitre I :
Assis contre le mur du fond de sa cellule, le clerc n'avait même plus la force de se maudire. Combien de jours s'étaient écoulés ? Dix ? Cent ? Mille ? Impossible à dire. La seule mesure du temps dont il disposait, était le bruit des gouttes d'eau tombant du plafond, et c'était pour ainsi dire assez irrégulier.
Pourtant, il en avait été autrement. Quelques temps après sont internement, il avait disposé d'un voisin de cellule. Lequel avait fini par devenir fou et se frapper la tête contre le mur à intervalles réguliers. Le clerc avait alors un moyen assez précis pour mesurer le temps. Le malheureux avait malencontreusement fini par se fracturer le crâne en deux et mourir. Le clerc avait ainsi perdu la mesure du temps, et avait été submergé au bout de quelques heures par une odeur de cadavre pourri absolument ignoble, qui, en l'absence de rat, ne risquait pas de s'en aller de sitôt.
Le Temps, ne pouvant plus être mesuré, paraissait donc absent. Parti. Comme si même Lui était dégoûté par cet endroit. Depuis sa cellule située au bout du couloir, le clerc voyait le geôlier, assis sur sa chaise depuis une éternité - pour autant qu'il s'en souvienne. Il n'a jamais bougé et semblait pétrifié, avec sa masse sur les genoux. Le couloir n'en paraissait que plus figé. Pas un mouvement non plus dans les cellules le long du couloir. Pas un bruit.
Sauf cette goutte d'eau, qui tombe inlassablement pour renaître au plafond, avant de retomber, parfois au bout d'un laps de temps plus long, parfois non.
Sans trop savoir comment, le clerc n'éprouvait plus ni la faim, ni la soif. Si, au début, cela lui avait paru être un avantage, il avait rapidement déchanté devant son incapacité à pouvoir mourir en ces lieux. Ses membres commençait à se décharner et s'atrophier, tandis que des toiles d'araignées dépourvues de propriétaire se formaient sur autour de lui, l'intégrant au décors, immobile contre le mur depuis tant de temps.
Sa robe ecclésiastique avait trouvé une certaine rigidité. Ses chausses, elles, semblaient être parties en poussières, pour autant qu'il put en juger malgré le fait qu'il n'avait pas l'énergie - ou le courage - pour baisser le regard dessus.
Le clerc n'avait plus la force se maudire. Plus la force de s'en vouloir d'avoir cru à ces simagrées inventées par l’Église. Naïf devant une telle opportunité, et encore jeune, il s'y était engagé afin d'étudier et d'aider l'humanité à recouvrer sa superbe. Tissu de mensonges. Désormais il se retrouvait ici, plus mort que vif, intemporel, à contempler, de goutte d'eau en goutte d'eau, le même geôlier assis sur sa chaise, le même couloir bouffé par la moisissure, le même trousseau de clé accroché à ce geôlier.
La goutte s'amassait une fois de plus, se préparant à chuter. Pendante, hésitante entre la chute et l'immobilité, la goutte grossissait.
Soudain, elle trembla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:37

Chapitre II :
Pour un regard autant habitué à ce triste panorama que celui du clerc, le mouvement normalement imperceptible de la goutte d'eau fut une évidence.
La goutte d'eau avait tremblé. Mais quelle en était la raison ? Dans un lieu aussi immobile, il était impensable que quoi que ce soit puisse bouger sans intervention extérieure. Le clerc attendit, tous ses sens fatigués aux aguets
Rien. Rien, et rien. Le silence. L'immobilité intemporelle avait repris ses droits.
Et si c'était le fruit de son imagination défectueuse ? Et si la folie commençait à le submerger ?
Non. Il y a longtemps qu'il était devenu fou.
Tandis qu'il se résignait, de la poussière se détacha du plafond au dessus du geôlier. Du mouvement. Cela faisait si longtemps qu'il n'en avait pas vu que le clerc cru recevoir un coup à la tête.
Lentement, mobilisant toute son énergie, le clerc entreprit de relever la tête. De la décoller du mur.
Les toiles d'araignées, la poussière et la mousse ne retinrent son crâne qu'un instant, ou qu'une année - quelle importance ?
La tête relevée, il observa la poussière tomber en pluie sur le garde, qui n'en fut pas ému pour un sou. Et, une nouvelle fois, l'immobilité repris possession du corridor.
Le clerc attendit donc encore, patiemment. Il avait tout son temps, n'est-ce pas ?
Pourtant, rien ne vint. La poussière avait fini sa course voilà des lustres, et rien ne se produisit.
Persuadé d'avoir finalement rêvé, le clerc laissa retomber lourdement sa tête contre le mur, fixant le plafond de sa cellule.
Alors, le clerc ressentit d'un coup tout le poids de ces années passées dans ce cachot. Et s'endormit.
*
Une nouvelle onde de choc fit trembler les murs et le plafond du corridor. De la poussière de pierre tomba encore. Un cliquetis métallique régulier s'ensuivit, puis une seconde onde de choc.
Le clerc s'éveilla brusquement, juste à temps pour voir la grille d'une cellule s'effondrer, le mortier de ses gonds étant parti en poussière.
La grille claqua lourdement sur le sol. Le geôlier ne tressailla pas, son profil restant impassible.
Alors, un humanoïde décharné sortir de la cellule, lentement. Il s'arrêta dans le couloir, puis se tourna vers le clerc, qui l'observait, incrédule, depuis sa cellule.
La créature horrifique le fixa, le regard vide, une expression de désespoir pur sur le visage.
Et s'effondra, sans un bruit, sans un râle, mort.
D'autres secousses s'ensuivirent, toujours séparées par ces cliquetis métalliques. Le clerc se leva alors, les nerfs à vif. Il fit quelques pas vers sa grille, puis s'effondra. Ses faibles muscles ne pouvaient plus le porter. Il tenta alors de ramper, quand brusquement, le bruit s'arrêta au dessus de lui. Le clerc porta alors le regard au plafond. Les cliquetis métalliques s'approchaient de la cellule par le dessus. Ils finirent par s'arrêter, parfaitement au-dessus du clerc.
Alors, un grincement se fit entendre, des craquements. Beaucoup de poussière tomba, ainsi que de la pierre.
Et la geôle fut inondée d'une lumière aveuglante. Le clerc fut contraint de fermer les yeux. Agressé par cette lumière, sont corps lâcha prise et le clerc perdit connaissance durant une minute.
Lorsqu'il ouvrit les yeux, il put, après de longues secondes pour s'habituer un minimum, voir une silhouette dans l'encadrement d'une trappe au plafond, qui semblait le regarder. Sans un mot, il disparu, puis revint quelques minutes plus tard, reparut dans l'encadrement, et laissa tomber un cadavre. Puis, il s'en alla, et le cliquetis métallique avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:37

Chapitre 3 :
Ahuri, le clerc se jeta sur le cadavre au sol. C'était un geôlier. Il entreprit de le fouiller maladroitement, handicapé par de trop longues années passées à ne rien faire. Ses doigts rouillés se posèrent alors sur un trousseau de clés. Il dut s'y reprendre à trois fois avant de réussir à le prendre et le saisit entre ses deux mains jointes pour ne pas le laisser fuir. Rempli d'espoir, il tenta d'insérer la clé dans la serrure, les mains tremblantes. Il dut encore s'y reprendre à plusieurs fois. Finalement, il réussit à faire rentrer la clé et, après un instant d'hésitation, considérant ce qu'ouvrir la grille signifiait, fit jouer les mécaniques de la serrure.
La grille s'ouvrit côté couloir, et le clerc, ébahit, n'osa avancer. Il contempla ce couloir, qui lui avait jusqu'alors semblé n'être qu'un tableau, une peinture inaccessible. Apeuré, réduit à sa forme la plus animale, le clerc sortit de la serrure, à demi-baissé, de peur d'être remarqué. Il avançait lentement, s'arrêtant à chaque cellule pour en vérifier le contenu. Il arriva alors près du geôlier. Se mettant en posture défensive, il avança encore plus prudemment... Puis, considérant l'absence de réaction du garde, il s'approcha et lui mis un coup de poing au visage... Son visage tomba alors en poussière, et le garde bascula sur le côté dans un immense bruit métallique qui raisonna dans tout le couloir.
Le clerc, terrifié, tomba en arrière, et s'évanouit, de peur comme de fatigue.
*
Le clerc fut réveillé par un écho métallique. Étendu sur le sol, il entrouvrit les yeux sur une silhouette casquée qui s'avançait vers lui. D'instinct, le clerc saisit la masse du geôlier et la traina à lui, tentant tant bien que mal de se mettre en garde dans sa position allongée. La silhouette s'approchait, et la masse ne se relevait pas. Ses minables muscles ne lui permettaient pas cela. Paniqué, le clerc recula sur les fesses, poussant sur le sol avec ses jambes, afin de s'éloigner de la silhouette, qui s'agenouillait auprès de lui pour le mettre à mort.
Tout ça pour ça. Tant de faux espoirs. Tant de choses inaccomplies. Tant de regrets. Ici, le clerc allait périr, oublié de tous depuis longtemps... La main gantée s'approchait de lui, pour l'étrangler...
Le chevalier posa une main apaisante sur l'épaule du clerc, lui tirant un râle de terreur désespérée. Puis, comprenant qu'ils n'étaient pas ennemis, le clerc, se laissa faire. Le chevalier chercha dans sa besace et en sortir une fiole qu'il déboucha. Il l'approcha alors de la bouche du clerc, et renversa la fioles pour lui permettre de boire. Un liquide orange vif, chaud et réparateur se déversa dans son gosier, se propageant dans tout son corps. Le clerc bu par petites gorgées, puis le chevalier le mis en position assise contre le mur et lui posa la masse du geôlier à portée de main. Le chevalier laissa la fiole au clerc, puis se releva après avoir articulé quelque chose d'incompréhensible pour le clerc. Puis, il fit volte-face et s'en alla par là d'où il était arrivé.
Et le clerc s'évanouit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:39

Voilà donc je reboot la fic, je prends plus le temps dans les descriptions, autant du perso que de l'environnement, les émotions, etc...
J'espère que ça va vous plaire, je me remets aussi à taffer sur le lore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elsydeons
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:40

Tu as notre soutien. C'est sympa que tu continues l'écriture de ta fic. Happy2

_________________
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sanctuaire.forumactif.com
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:42

@elsydeons a écrit:
Tu as notre soutien. C'est sympa que tu continues l'écriture de ta fic. Happy2
Merci

Ouais, je trouvais assez triste de pas la finir, mais en même temps entretemps j'ai beaucoup lu et j'ai trouve le niveau d'écriture bof bof.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elsydeons
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:44

Du coup on te verra plus souvent sur le fofo j'espère ?

_________________
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sanctuaire.forumactif.com
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Jeu 24 Aoû - 22:47

@elsydeons a écrit:
Du coup on te verra plus souvent sur le fofo j'espère ?
Ouais, ce sera comme je le faisais avant : actualisation à chaque temps de chargement, entre chaque vidéo vue ou autre.
Bref, plus d'une visite/jour normalement.

En revanche, dès la rentrée ce sera uniquement le week-end car Terminale S-SI oblige hap

Mais j'abandonnerai pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Dim 27 Aoû - 12:45

Chapitre IV :
Lentement, le clerc ouvrit les yeux... Du gris, du gris partout. Sa vue brouillée ne parvenait pas à déterminer ce qui se trouvait face à elle... Il cligna des yeux. Après quelques secondes, un plafond de pierre effrité se dessina. L'homme prit alors conscience qu'il était allongé sur le dos. Il voulut se relever... En vain. Son corps ankylosé demandait du repos. Alors, tant bien que mal, il se traîna jusqu'au mur afin de s'y adosser. Exténué par ce simple déplacement d'un demi-mètre, il se laissa aller contre le mur, et soupira de soulagement. Trop éreinté pour se mouvoir, le clerc décida d'aviser sur la situation, balayant la salle du regard.
Il était ici seul, hors de danger. À sa droite, l'armure poussiéreuse du geôlier paraissait ancrée au sol depuis l'Âge des Anciens. Le corridor s'achevait également sur un escalier en colimaçon qui descendait. En outre, les secousses continuaient, à intervalles plus ou moins réguliers. À sa gauche, à quelques mètres se trouvait sa cellule ouverte. À quelques centimètres de son flanc se trouvait la mystérieuse fiole que lui avait donné le chevalier. C'est en se remémorant cet homme que les questions affluèrent : qui était-il ? Pourquoi était-il venu ? Et lui, était-il libéré ? Qu'y avait-il après l'escalier ? La simple évocation de la liberté et d'un monde autre que celui du couloir mis le clerc dans un profond malaise. Il lui était désormais devenu inconcevable qu'un monde extérieur existe, lui qui n'avait rien connu d'autre que ce corridor désagrégé. Mais qu'allait-il donc trouver au-delà de cet escalier ? La seule façon d'y répondre serait de descendre ces marches. Mais rien qu'à cette idée, son corps protestait. D'ailleurs, qu'en était-il de son corps ? Le clerc releva ses manches afin de constater, et resta ébahi devant ce qu'il vu : sans être musclés, ses bras n'étaient plus à proprement parler atrophiés. Sa peau avait retrouvé une certaine couleur, un certain ton un peu rosé, mais plus grisâtre. Le regard du clerc se posa alors sur la fiole...
Serait-ce de l'Estus ? À l'école ecclésiastique, on formait les clercs à utiliser des Talismans de Lloyd, permettant, par un phénomène magique ou chimique, de neutraliser temporairement les effets de l'Estus, utilisé par les Mort-Vivants pour accélérer, au point de rendre presque instantané, le processus de cicatrisation des plaies, de reformation des os etc... Car en effet, l'un des rôles majeurs de l’Église de Thorolund, arrivé en même temps que la Malédiction, est - ou était - de donner la chasse à ces Mort-Vivants, afin de les envoyer au Nord, à l'Asile.
La reformation si rapide de ses tissus donnait à croire au clerc que la boisson qu'il avait bu était bien de l'Estus, elle en avait également l'apparence : un liquide épais, chaud, dense, et orange vif, dont émanait une certaine vapeur orange également. En revanche, impossible de se souvenir du goût...
Persuadé d'y trouver son salut, le clerc attrapa la fiole, la déboucha, et porta le goulot à ses lèvres...
------
Juste au cas où, tout le Lore que dis dans cette fic est véridique, d'ailleurs j'essaierai d'en caser un ptit peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Sam 20 Jan - 12:17

Chapitre VI :

Figé, le clerc contempla le spectacle qui s'offrait à ses yeux. Le chevalier, accroché à une sorte d'écaille du démon d'une main, tenant son épée dans l'autre, se démenait pour rester dans son dos, où il restait inatteignable. Son bouclier, dans le feu de l'action, était tombé sur le sol et finissait de tinter. Le démon, lui, semblait pris d'une rage incontrôlable : hurlant, frappant, il tentait tant bien que mal de dégager le parasite qui l'escaladait. Le chevalier, pas perturbé pour un sou, continuait de lutter, fixant son objectif, ignorant presque les tentatives du monstre de le désarçonner.

Le monstre s'arrêta quelques secondes, semblant reprendre son souffle. Profitant de cet occasion, le chevalier enfonça son épée jusqu'à la garde dans la colonne vertébrale du monstre, et, se servant de la poignée de l'épée qui dépassait des chairs transpercées du monstre comme d'une prise pour son pied, se hissa lourdement sur ses épaules, puis se redressa. Debout sur l'épaule du démon, il s'avança, dégainant une dague ainsi qu'une arbalète. Il s'approcha de la tête du gardien, et lui assena un coup puissant de son pied enrobé d'acier. Le monstre tourna son hideux visage vers lui, ce qui permit à son adversaire en armure de décocher un carreau d'arbalète dans son œil. La gueule du gardien de l'Asile s'ouvrit en grand pour hurler de douleur. Le combattant aguerri jeta son arbalète, pris fermement sa dague acérée, se pencha en avant, plongeant son bras armé dans la gueule du monstre, et enfonça sa lame dans les chairs de ce dernier de l'intérieur. Il lacéra la cavité buccale d'un coup de lame, puis fit pivoter la dague dans sa main, la tenant tel un poignard, et donna une dernière impulsion dans le fond de la gorge du monstre. Il laissa sa dague ainsi fichée, et fit volte-face, avant de partir en courant et de sauter à terre. Le chevalier se réceptionna lourdement sur le sol, près de sept mètres plus bas, et roula pour absorber le choc de la réception. Le monstre, ahuri, titubait. Des bruits goitreux et sanguinolents raisonnaient dans sa gorge. Il fit quelques pas, tenta de balayer le chevalier d'un coup de masse, mais celui ci esquiva d'une roulade leste, récupéra son bouclier à la volée et recula hors de portée du monstre.

Tandis que la créature tombait à genoux, le chevalier se dirigea vers le clerc, qui était tombé sur les fesses d'ahurissement, mais n'avait rien raté du spectacle. Il lui tendit sa main gantée de cuir, et le releva. Le clerc et son sauveur se tournèrent vers le démon, et le contemplèrent finir d'agoniser. Finalement, la bête s'effondra face contre terre, soulevant un nuage de poussière, et un flot de sang se déversa de sa gueule. Le chevalier en armure s'avança vers la dépouille massive, l'escalada, saisit la garde de son épée à deux mains, puis, prenant appui d'un pied sur une écaille du monstre, entreprit de retirer son arme de la carcasse immobile.

Quand finalement les chairs cédèrent, le chevalier examina la lame de son épée, puis, d'un air satisfait, la rengaina. Il sauta à terre, et rejoignit d'un pas tranquille l'individu ecclésiastique qui se tenait là, debout.
Lui assénant une tape sur l'épaule pour le faire revenir à ses esprits, il lui tendit sa masse et son bouclier.
Le clerc cessa de fixer le corps inanimé du démon, et accrocha le chevalier du regard.

Il tomba à genoux, les mains jointes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Sam 20 Jan - 20:32

Merde j'ai zappé le chap V, je le poste hap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugeay
 
 
avatar


MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   Sam 20 Jan - 20:33

Chapitre V :

L'écho des pas du clercs sur les dalles humides des couloirs de l'Asile résonnait à travers les bâtiments. L'ecclésiastique errait depuis plusieurs heures, après s'être réveillé dans le couloir où le chevalier l'avait laissé. Alors qu'il avançait parmi ces cellules jonchées de corps décharnés, le clerc se questionnait. Comment avait-il pu se remettre de ses blessures aussi vite ? Combien de temps était-il restait inconscient ? Par ailleurs, il peinait encore à se refaire à la notion de temps. Dans sa cellule, le temps ne voulait plus rien dire. Ce n'était plus qu'une donnée absurde qu'on finit par négliger. Mesurer le temps quand on n'attend plus rien, c'est comme mesurer la distance entre un lieu et l'infinité du ciel.

Le ciel... Ce mot frappa le clerc. Mais, qu'était le ciel ? Après tout ce temps, la signification de ce mot lui restait vague, indistincte, embrumée... Qu'importe ? Le clerc tourna à droite et, gravissant un escalier, se trouva face à une porte en acier. Le clerc rengaina sa masse, et poussa de toutes ses forces. La porte commença à pivoter sur ses gonds. Serrant les mâchoires et fermant les yeux sous l'effort, le prisonnier poussa dans un ultime sursaut d'énergie la porte ; la rouille freinant les gonds céda, et la porte s'ouvrit brusquement et alla finir sa rotation sur le mur dans un fracas assourdissant. Le clerc, emporté par sa propre force, trébucha en avant mais parvint à garder son équilibre. Il était en train de s'épousseter quand il remarqua que quelque chose clochait.

Le clerc leva lentement la tête, son regard fixa quelque chose d'immense. Dépassé, ses bras se relâchèrent et tombèrent contre son corps, laissant tomber bouclier et masse, récupérés sur un geôlier. La bouche ouverte de béatitude, le clerc regardait le Ciel. La Lumière. Bercé par les Ténèbres depuis tant de temps, le clerc découvrait la Clarté. Ses pupilles jusqu'à présent dilatées en permanences peinaient à se rétracter, mais l'homme était trop ébahi pour quitter des yeux ce Ciel, ce Soleil si majestueux. Pourtant, quelque chose de bizarre se tramait, comme si les Ténèbres...

" HÉ !! ATTENTION !!!"

Le clerc reprit brusquement ses esprits et vit le chevalier sur le toit qui attirait son attention. Il pointait du doigt un démon gigantesque, obèse, armé d'une énorme masse à deux mains.. Et, pour ne rien arranger, qui fonçait droit sur lui depuis le toit où il se trouvait. Encore sous le choc de son retour à la surface, le clerc attrapa sa masse et son bouclier et fonça se mettre à couvert, alors que le démon amorçait une attaque plongeante. Il fonça le plus loin possible, tandis que le démon enchaînait les attaques, fracassant murs et piliers dans des éclats de poussières.

Le chevalier se trouvait sur une sorte de balcon, au-dessus d'une double porte - celle par laquelle le clerc était arrivé. Alors qu'il fonçait vers cette porte, le chevalier arma un saut, et, l'épée à la main, s'élança en hurlant. Le clerc plongea en avant, pendant que le démon abattait sa masse à l'emplacement où il se trouvait quelques fractions de secondes avant. Dans ce même laps de temps, le chevalier atterrit sur la nuque du monstre, et abattit à maintes reprises son épées dans le coups du démon. Mais le chevalier glissa...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[REBOOT] Sire Ius, de Thorolund à Lordran.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Sanctuaire ::   :: Le Nexus :: Fanfics-
Sauter vers: